N° 158 Regards croisés sur la vieillesse

« Eau & Gaz à tous les Étages »

Spectacle du 4 au 17 février au Hangar-Théâtre à Montpellier.

Tous renseignements sur le site grognonfreres.fr

 

La population de l’Union européenne vieillit de plus en plus, à l’Ouest de l’Europe, mais, ce qui est pire, dans certains pays de l’Est du continent, tels la Bulgarie et la Roumanie, non seulement la population vieillit mais en plus elle diminue. En 2018, près d’un cinquième (19 %) de la population de l’Union européenne était âgé de 65 ans et plus.

L’âge médian de la population européenne était en 1994 de 36,2 ans et 20 ans plus tard, en 2014, il était de 42,2 ans, c’est à dire que la moitié de la population était plus jeune et l’autre plus âgée que 42,2 ans.

Même si le vieillissement de la population est un phénomène mondial, le vieillissement de la population européenne est rapide du fait de la baisse de fécondité et de l’augmentation de l’espérance de vie. Ainsi 13,7 % des personnes avaient 65 et plus en 1990 et 19,2 % en 2016 dans l’UE à 28.

La population française vieillit à un rythme légèrement moins rapide. La part des personnes âgées de 65 ans et plus est passée de 13,9 % en 1990 à 18,8 % en 2016. Cela n’empêche pas, selon les projections démographiques faites, que 5 millions de Français auront plus de 85 ans en 2050.

Et cela ne pose pas des problèmes seulement pour la retraite, mais pour l’ensemble des dépenses générées par cette situation.

La députée hollandaise Corinne ELLEMEET du parti écologiste Groenlinks a provoqué tollé et polémiques en proposant de réduire les soins aux personnes âgées de 70 ans. Un chroniqueur du quotidien De Telegraaf a critiqué un « projet d’élimination des personnes âgées ».

Néanmoins, en Angleterre, la médecine britannique a déjà décidé de ne pas se lancer  dans des opérations chirurgicales lourdes à partir d’un certain âge.

La France échappe pour l’instant à ce modèle de pensée anglo-saxon. Il semble que lorsqu’une maladie est diagnostiquée, l’âge n’intervienne que pour une faible part dans la décision médicale. C’est l’âge physiologique qui est pris en compte.

Cette position paraît approuvée des Français, qui à 72 % pensent que les seniors doivent pouvoir bénéficier des meilleurs traitements.

Mais de nombreuses personnes âgées vivent dans l’isolement. Une personne âgée sur quatre est semble-t-il isolée. Cela représente 1,5 millions de personnes de plus de 75 ans, qui, en France, vivent dans une solitude non désirée.

D’autre part, parmi les personnes âgées, 800.000 sont dépendantes et la projection de 2040 est de 1.200.000. Ces personnes ont besoin d’aide pour leur activité quotidienne.

Quel regard portons-nous sur elles ? Sont-elles des personnes ou seulement des statistiques ? 

L’auteur-metteur en scène-interprète Sandrine BARCIET s’est posé la question, et, considérant que tous les âges d’une même personne la déterminent, en a conçu un spectacle.

« C’est une chose qui me préoccupe depuis pas mal de temps, en fait depuis de nombreuses années même : le vieux dans notre société. Je trouve qu’on passe complètement à côté, et ça me donne l’énergie de questionner : c’est quoi un vieux, en fait ?

Quand on a 80 ans, on en a aussi 26,13, 20, 35, 40…..une personne, pour moi, est riche de tous ses âges, et, à partir de là, je crois qu’on rate totalement quelque chose en se disant « Ben tiens, quand on est vieux, il n’y a plus que cette tranche d’âge. Rangeons-la au placard, nous, on a autre chose à faire. » C’est ridicule, en plus c’est odieux.

Ce sont tous ces âges-là, toute cette folie-là, qui me donnent envie de questionner. Où est le héros qui m’ouvre une perspective ? La vie, elle se questionne jusqu’au bout.

A aucun moment il ne faudrait se dire : « c’est bon, j’ai passé l’âge. Il reste 10 ou 15 ans, ça suffit. » Non !

J’ai été assistante de vie. A partir des notes que j’avais prises, de mes observations et de mon imagination, le spectacle que je propose, c’est une personne chez elle dans son appartement, obligée d’accepter une aide dont elle n’a pas envie. Qu’est-ce qui va se passer alors ?

Quand on a envie d’être seul avec sa propre vie – parce que ce qu’il y a autour renvoie en fait à beaucoup de solitude – comment la présence de cette autre personne (l’assistante) en cadrant « un quotidien » va refaire surgir des pans de vie de cette personne vieille, la rabibocher, d’une certaine façon. C’est comme un puzzle, une enquête.

 

C’est quoi la vie, c’est quoi la vie jusqu’au bout ?

Et pourquoi ne serait-ce pas bien de vieillir? »

oo0oo

EAU & GAZ À TOUS LES ÉTAGES

Spectacle du 4 au 17 février au Hangar-Théâtre à Montpellier

INFORMATIONS RÉSERVATIONS :

grognonfreres.fr – ou – grognonfreres@free.fr – ou –  07 83 42 64 64

Séances :  du mardi au vendredi : 20h. les lundis et samedis : 19h15

relâche les dimanches

Stations de tram Philippides et Albert Premier (SaintCharles) : lignes 1 et 4

[Le 7 février 2020, 18 H05, Jean-Marie GAVALDA  (Midi Libre), Montpellier ] : Théâtre Ex-assistante de vie à domicile, Sandrine BARCIET pose un regard tonique et poétique sur la vieillesse : “Eau & gaz à tous les étages” à Montpellier jusqu’au 17 février.

Article de Midi-Libre du 7 février 2020 Vieillir mais continuer à rêver

[Le 21 janvier 2020, 0 H05, Ysis PERCQ (La Croix), Montpellier ] :

La fantaisie de la vieillesse

Sandrine BARCIET Comédienne et auteure de théâtre Ancienne assistante de vie. Sandrine BARCIET porte sur scène la voix des personnes âgées et des aidants dans sa pièce « Eau et gaz à tous les étages », qu’elle va jouer à Montpellier.

Montpellier (Hérault) De notre correspondante régionale : Lire l’article “La fantaisie de la vieillesse”

Les abonnés aux journal La Croix peuvent lire l’article page 25

oo0oo

[Le 20 janvier 2020, 13 H35, J-M. R., Alet-les-Bains : À propos du spectacle : “Belle performance d’acteur sur un sujet difficile, dans un décor minimaliste mais avec un bon accompagnement sonore et de lumière. L’interactivité avec le public ajoute du liant et de la complicité… C’est un spectacle qui, par son sujet autant que par son traitement, ne laisse pas indifférent.”

[Le 19 avril 2019, 13 H35, Il Giorno., Milan : c’est à dire : les saisons de la vie : et c’est de la poésie