N° 187 De la mondialisation heureuse à la mondialisation honteuse !

L’épidémie a démarré en France  une dizaine de jours plus tard qu’en Italie. Il est donc probable que la France restera confinée Italie + 10.

Vingt jours après le début du confinement national en Italie, le vice-ministre de la Santé, Pierpaolo SILERI, a estimé que l’Italie ne sera pas au pic de contamination avant 7 à 10 jours. Le gouvernement envisage de prolonger le confinement du 3 avril au moins jusqu’au 18.

Si le nombre de cas ne baisse pas encore en Italie, le ralentissement du virus est bel et bien là.. Les mesures adoptées produisent leurs effets. L’indice de contagion du virus est proche de 1,

Même si 106.000 personnes ont été infectées depuis le début, un net ralentissement de la contagion se confirme: le nombre de nouveaux cas est passé, de 5000 à 6000 par jour du 19 au 29 mars, à 4000 par jour les 30 et 31 mars. Et la hausse du nombre de personnes infectées ralentit chaque jour un peu plus, passant de 14% le 20 mars à moins de 4% mardi.

Pour autant, personne n’ose crier victoire.

Car le mode de comptabilité des cas, détectés par les tests menés à l’hôpital sur les personnes présentant de forts symptômes, dit clairement qu’en Italie, les cas réels de Covid-19 sont beaucoup plus importants que les cas détectés. En partant des 11.600 décès, et en retenant un taux de létalité de 1,1 % des personnes infectées, on peut estimer que le nombre de personnes contaminées dans le pays serait plus proche d’un million de personnes.

Une étude de l’Imperial College de Londres conclut même que le nombre de personnes infectées en Italie serait plus proche de 5,9 millions. Les mesures adoptées auraient ainsi permis d’éviter 38.000 décès.

oo0oo

oo0oo

Washington convoqua le vendredi 13 mars l’ambassadeur de Chine aux États-Unis après qu’un responsable chinois eut relayé une théorie du complot selon laquelle l’armée américaine pourrait avoir introduit le nouveau coronavirus à Wuhan, d’où est partie l’épidémie.

Depuis lors, Chinois et Américains ne cessent de s’accuser réciproquement d’être les responsables de la pandémie, et les réseaux sociaux, pour ne pas être en reste, diffusent les théories complotistes les plus imaginatives.

La théorie du virus ayant échappé à ses créateurs, remporte un grand succès, mais celle qui semble vraiment s’imposer sur la toile est celle qui accuse la Chine d’avoir provoqué délibérément une crise sanitaire, pour pouvoir tendre un piège épidémique diabolique aux Occidentaux en général, et à leur principal rival en particulier, les États-Unis, par virus interposé.

Pour affronter  l’Amérique de Donald TRUMP, les Chinois sont prêts à prendre beaucoup de risques, mais certainement pas ce risque là, qui tient de la pure folie.

Le gouvernement chinois n’est certes pas responsable de la pandémie, mais le pangolin chinois, lui, oui. Pour éviter la multiplication des pandémies il faudrait à tout prix préserver la diversité génétique dans la nature et l’agriculture, or la mondialisation fait tout le contraire (voir Pour éviter la multiplication des pandémies).

En Chine, nul besoin de provoquer les épidémies pour qu’elles surviennent, le gouvernement le sait mieux que personne (lire Les épidémies en Chine à la croisée des savoirs et des imaginaires : le Grand Sud aux xviiie et xixe siècles).

Et contrairement au gouvernement français qui n’a pas cru utile de prévoir une crise sanitaire hors norme, le gouvernement chinois, l’a non seulement envisagée, mais il a probablement étudié comment y faire face, et comment faire que cette catastrophe hautement probable, presque inéluctable, puisque récurrente dans l’Histoire même récente du pays, ne pénalise pas la Chine seule, en la condamnant à perdre la guerre économique que Donald TRUMP lui a déclarée.

Sûrs de leur supériorité médicale, les Occidentaux ont eu la faiblesse de croire qu’ils pourraient endiguer aisément l’épidémie au covid-19, comme toutes les autres épidémies qui sont venues tout récemment du continent asiatique. Ils se sont préparés à l’évènement, mais ils l’ont fait à partir de données épidémiologiques tronquées.  Les Français se sont lancés dans une nouvelle drôle de guerre, cette fois sanitaire, on connait le résultat. 

Le président du syndicat des médecins urgentistes, Patrick PELLOUX  a explicitement déclaré que les informations sanitaires chinoises avaient été “travaillées“. Notamment en laissant accroire, que les malades hospitalisés arrivaient pour la plupart à récupérer en une semaine en moyenne, alors qu’on sait maintenant qu’il faut souvent plus de deux, voire trois semaines.

Les Chinois ne pensaient certainement pas que l’euphémisation de cette simple donnée, leur donnerait le plaisir de voir tous les Occidentaux se trainer à genoux devant eux pour les supplier de leur vendre des masques.

De la mondialisation heureuse à la mondialisation honteuse !

oo0oo

Plusieurs espèces d’animaux sauvages ont été accusées d’avoir transmis le Covid-19 à l’homme (pangolin chauve-souris…). Qu’en est-il ? (lire la réponse du professeur Serge MORAND à cette question)

Histoire : Ces pandémies qui ont tué des empires- à méditer, face au coronavirus

oo0oo

[Le 2 avril 2020, 19 H40, J. B., Paris] : Je fais suivre à nos contacts du « réseau Taïwan » Cordialement et Amitiés

On les aura ! comme disait mon grand père.

[Le 31 mars 2020, 23 H40, A. B., Cholet] : Soyons tristes mais pas désespérés !