N° 197 Virus en Chine : faut-il s’inquiéter ?

Coronavirus  le 21 janvier 2020 : “Le risque d’introduction en France est faible, mais il ne peut être exclu” selon Agnès BUZYN.

–                                                                                                                             ICEO : pas de haine, mais de la mémoire !

Le 21 janvier, la ministre de la Santé n’exclut pas l’arrivée du coronavirus en France (voir l’article). Oui, mais…

Alors que les Chinois font bien rire les lecteurs du Parisien, qui pensent être hors d’atteinte du coronavirus.

Jusqu’à la fin février les responsables français, eux non plus, ne croient pas à l’arrivée du virus en France.

Le jeudi 12 mars,

c’est l’alarme,  l’heure est grave, “le président MACRON  affirme dans son intervention : “Cette épidémie est la plus grave crise sanitaire qu’ait connue la France depuis un siècle“, et ajoute : “Nous ne sommes qu’au début“. Il annonce la fermeture des écoles et des universités dès lundi 16 mars.

Le lundi 16 mars,

la situation est de plus en plus inquiétante, à 20 heures,  lors d’une allocution des plus solennelles – la deuxième en cinq jours –, le chef de l’État  annonce un arsenal de mesures d’une radicalité inédite, afin de lutter contre la pandémie du coronavirus. Il déclare à 6 reprises que la France est en guerre. Le même soir le premier ministre  annonce les mesures de confinement

Le vendredi 10 avril,

le professeur Jérôme SALOMON,annonce plus de 13 000 morts liées au covid-19. Tandis que le dé-confinement  se fait douloureusement  attendre, le manque de masques hante tous les esprits, car sans masques, pas de dé-confinement.

Tout le monde peut se tromper, mais quand on est en guerre, il faut tout faire pour l’éviter.

ICEO, hier, aujourd’hui, demain : pas de haine, mais de la mémoire !

[Le 10 avril 2020, 12 H00, P. C., Notre-Dame de la Rouvière] : Vidéos intéressantes, on avait fini par oublier !