N° 101 Les Polonais et la France : des relations de tout temps

Polska imigracja we Francji, od początku do dziś

Depuis plus de deux siècles il n y a pas eu un moment au cours duquel les Polonais n’ont pas eu de relation avec les Français. En effet « le démantèlement de la Pologne se déroule au moment où éclate la Révolution Française et où, de surcroît, les puissances partageantes (Autriche, Prusse et Russie) s’opposent à la nouvelle France.

C’est la raison pour laquelle les Polonais lient à la France l’espoir du retour de leur pays à l’indépendance ». Ainsi, une Pologne qui ne figure plus sur la carte européenne résiste à cette domination étrangère ; et c’est pendant les conquêtes napoléoniennes (1799-1815) que se promet la création d’un État polonais.

Tadeusz KOSCIUSZKO et Jozef PONIATOWSKI furent des acteurs importants de cette guerre contre les occupants. En effet, KOSCIUSZKO s’est battu aux côtés de Lafayette pour l’indépendance de l’Amérique entre 1776 et 1792 et PONIATOWSKI, général de l’armée française, fut le premier étranger à être nommé maréchal de France en 1813 par NAPOLÉON. Pendant la campagne de Russie c’est un total de 80 000 Polonais qui combattirent pour NAPOLÉON, sous le commandement de PONIATOWSKI.

D’ailleurs, son nom est porté par une portion du 12e arrondissement du boulevard des maréchaux qui encerclent Paris et représente l’enthousiasme avec lequel les Polonais soutenaient les conquêtes napoléoniennes. Une implication dans des causes communes s’est ainsi développée, entre Polonais et Français.

Après la défaite de NAPOLÉON en 1815, la Pologne est à nouveau partagée entre les trois grandes puissances. La volonté indépendantiste des Polonais est violemment réprimandée et cela débouche par une émigration politique vers la France, composée majoritairement d’officiers et d’insurgés nobles.

A cette époque, se voit aussi la création de la mission catholique Polonaise en 1836 qui s’installe au 263bis rue St Honoré en 1844, et y reste jusqu’à nos jours. Le XXème siècle commence avec 10 000 Polonais présents en France, pourvus de réseaux culturels, éducatifs et politiques puissants (bibliothèques, imprimeries, écoles, associations) et actifs à Paris.

La première guerre mondiale voit de ce fait la constitution du gouvernement polonais en exil à Paris à l’Hôtel Lambert sur L’Ile Saint Louis : aujourd’hui siège de la Bibliothèque polonaise, ce lieu est toujours marqué d’une auréole de gloire pour les Polonais de France.

Après la guerre mondiale, les rapports franco-polonais s’intensifient. En effet, la France ayant subi de grandes pertes en hommes, se tourne vers la Pologne en demandant un accord d’immigration de main d’œuvre, concernant principalement de la main-d’œuvre pour les mines de charbon dans le Nord et l’industrie métallurgique dans la Lorraine.

Cette époque est une étape de la communauté polonaise en France, car l’immigration politique du XIXe siècle se transforme en ce début de XXe siècle en une immigration économique. De cette façon la France voit entrer 495 000 immigrés polonais entre les deux guerres.

La deuxième guerre mondiale marque une nouvelle étape dans la nature et la direction des flux migratoires entre la Pologne et la France. Environ 80 000 Polonais quittent la France après la guerre pour se réinstaller en Pologne, pendant que le reste demeure en France.

Pour ceux-là, des mariages mixtes se multiplient et les enfants vont d’avantage à l’école française.

Ce texte est extrait du magazine franco-polonais  Dzień dobry :

Avertissement : le magazine contient 4 pages d’accueil publicitaires.

Pour lire l’intégralité du numéro, cliquer sur le lien  : Le trait d’union franco-polonais

[Le 27 juin 2019, 14 H015, B. K., Cracovie] :   “Depuis plus de deux siècles il n y a pas eu un moment au cours duquel les Polonais n’ont pas eu de relation avec les Français. Et Depuis plus de trente ans il n y a pas eu un moment au cours duquel les amis d’ICEO en Pologne n’ont pas eu de relation avec leurs amis d’ICEO en France.