N° 303 Un boycott des dattes algériennes au Maroc avec le début du mois de Ramadan…

Tensions entre le Maroc et l’Algérie depuis que le Maroc a réussi à obtenir la reconnaissance américaine de sa souveraineté sur le Sahara“.

Dans un article titré «Un boycott des dattes algériennes au Maroc avec le début du mois de Ramadan…», l’agence russe Spoutnik a souligné que le mouvement de boycott, qui a débuté par un simple blog anonyme sur Twitter, le 30 mars, s’amplifie actuellement avec le début du Ramadan.

كتبت وكالة الأنباء الروسية سبوتنيك، أن التمور الجزائرية تشكل منذ فترة سبقت حلول شهر رمضان بقليل وحتى الآن، موضوع حملة مقاطعة غير مسبوقة على شبكات التواصل الاجتماعي بالمغرب، كطريقة “لإنصاف” فلاحي واحة فجيج.

وأبرزت الوكالة في مقال تحت عنوان: “حملة مقاطعة للتمور الجزائرية في المغرب مع بداية شهر رمضان…”، من توقيع منال الزينبي، أن حركة المقاطعة التي بدأت بتدوين بسيط مجهول المصدر على موقع تويتر، بتاريخ 30 مارس الماضي، تتضخم حاليا مع بداية شهر رمضان، وهو الشهر الذي يكثر فيه استهلاك التمور.

وبعد أن أشار المقال إلى التعبئة على شبكات التواصل الاجتماعي، أبرز أنه “في كل يوم، ينشر مستخدمو الإنترنت المغاربة المئات من المنشورات التي تستخدم هاشتاغ (مقاطعة_التمور_الجزائرية)، على فيسبوك وتويتر وإنستغرام وحتى على يوتيوب، إلى درجة أن متابعة هذه المنشورات أصبحت في المقدمة على المنصات الافتراضية بالبلاد.

L’oasis de Figuig au Maroc

L’oasis de Figuig au Maroc

La zone d’El Arja en Algérie

L’agence de presse russe Spoutnik a écrit que les dattes algériennes ont fait l’objet d’une campagne de boycott sans précédent sur les réseaux sociaux au Maroc, afin de «rendre justice» aux agriculteurs de l’oasis de Figuig.

[Note ICEO : agriculteurs de l’oasis de Figuig (Maroc) qui ont gardé (?) des droits de propriétés en Algérie]

Dans un article intitulé: «Un boycott des dattes algériennes au Maroc avec le début du mois de Ramadan…», signé par Manal AL-ZAINABI, l’agence a souligné que le mouvement de boycott, qui a débuté par un simple blog anonyme sur Twitter, le 30 mars, s’amplifie actuellement avec le début du Ramadan, qui est le mois où les dattes sont beaucoup consommées.

Après que l’article évoque la mobilisation sur les réseaux sociaux, il souligne que «chaque jour, les internautes marocains publient des centaines de posts utilisant le hashtag (Boycott_Tour_Algeria), sur Facebook, Twitter, Instagram et même sur YouTube, au point que suite à ces posts est devenu au premier plan sur les plates-formes virtuelles du pays.

Des produits locaux au lieu de ceux importés d’Algérie, et donc la «justice» pour les paysans de l’oasis de Figuig, victimes de l’expulsion par l’armée algérienne début mars dernier.

L’article renforce le témoignage d’un partisan de la campagne de boycott, dans laquelle il appelle chaque Marocain à faire preuve de solidarité avec ses frères «touchés» à Figuig à travers le boycott des dattes algériennes, dans chaque ville et village, dans tout le Royaume.

L’auteur de l’article a également évoqué un reportage réalisé par le site d’information marocain (Aldar) «aldar.ma», largement diffusé sur Internet, et traite du cas d’un commerçant de Meknès, expliquant que les dattes algériennes trouvent difficilement acheteurs pour eux dans les épiceries de la ville en raison de la campagne de boycott qui lui a fait «mettre ces dattes de côté».

De nombreuses autres photos et vidéos montrent de nombreux épiciers qui ne souhaitent plus afficher ces dattes sur les étagères de leurs magasins, tandis que d’autres ont tenu à faire preuve de respect pour cette campagne, sur Twitter.

A cet égard, l’Agence russe a cité l’analyste politique marocain Mustafa TOUSA disant que ce boycott est “un produit de tensions politiques qui se sont intensifiées depuis que le Maroc a réussi à obtenir la reconnaissance américaine de sa souveraineté sur le Sahara“.

Suite à cette conjoncture, M. TOUSSA ajoute: «Le régime algérien a délibérément ouvert les portes médiatiques et politiques pour exprimer sa haine envers son voisin occidental (…) et il y a eu une nette escalade après la décision algérienne d’exproprier des palmeraies du Maroc les agriculteurs de la zone «Arja».

Il a souligné que, prenant conscience du pouvoir des réseaux sociaux de transformer les mécontentements individuels en un mouvement collectif virtuel, certains internautes au Maroc ont pensé à une campagne de boycott pour lancer une «contre-attaque».

[Le 23 avril 2021, 11 H35, J. P., Montpellier] : Je ne sais pas si c’est la bonne date pour sortir un article sur les dattes mais sauf erreur “dattes” prend deux t quand c’est le fruit. Cordialement.

[Le 23 avril 2021, 13 H15, ICEO] : Un grand merci à ceux qui nous ont signalé des fautes :  dates  au lieu de dattes. À noter que la traduction de l’article original en arabe a été faite avec le traducteur google. Traducteur qui n’a pas traduit correctement. On peut vérifier que le traducteur ne fait pas toujours la différence en français  entre date et datte.  De même pour la traduction des mots arabes en français.