N° 313 “Eurovision” – la vision de l’Europe qui fait aimer l’Europe?

Les Euro-ricains sont-ils à la peine ?

Un billet d’humeur du Secrétaire général d’ICEO

Je ne suis pas un passionné des concours de l’Eurovision, mais vu le résultat de celui de ce samedi 22 mai 2021, je suis allé le voir, en différé. J’ai vu et entendu Barbara PRAVI portée à la deuxième place, à 25 points du groupe vainqueur, dans un tout autre style ! 
 
Aussi me semble-t-il opportun, vu les origines de “notre” compétitrice nationale, qu’à ICEO nous lui fassions les honneurs de notre site – ou plutôt qu’elle nous permette l’honneur de l’y accueillir pour que tous nos amis et suiveurs puisse profiter de son image, de son talent, de son authenticité venue du coeur de l’Europe se fondre dans le moule de l’assimilation culturelle “à la française”.
 
En effet, en plus de son talent et en reprenant ce que le site Wikipédia dit de ses origines on voit qu’elle a tous les titres pour figurer sur le site d’ICEO :”Barbara Pravi est née à Paris de parents français d’origine serbe et iranienne. Son nom de famille est Piévic, en cyrillique serbe Пјевић (Pjević). Elle a grandi au sein d’une famille d’artistes, au milieu des livres et de la musique. Pravi est un mot serbo-croate dérivé de prava signifiant « authentique », en hommage à son grand-père paternel d’origine serbe. Elle bénéficie d’une éducation multiculturelle, son grand-père maternel étant d’origine iranienne.”
 
Je crois qu’on ne peut mieux la définir en quatre lignes. Et sa prestation  à l’Eurovision avec sa chanson VOILÀ, toute de sobriété dans la mise en scène, mettant en valeur sa silhouette, son beau visage, sa voix et sa passion contenue puis éclatante, nous ramène à la pure tradition de la chanson française, avec du texte, de la diction, de l’émotion : de l’art dans sa pureté et son authenticité. Quel contraste avec tous ces groupes gesticulants et braillards (si rarement dans leur langue maternelle alors qu’ils prétendent représenter leur pays), dans des mises en scène foisonnantes, agressives, criardes et parfois vulgaires, oui, quel contraste !
 
Et enfin, elle, Barbara – pourtant française, cela semble si souvent un handicap – arrive presque au sommet du classement de ce concours dont on se demande parfois quels sont les critères de jugement, artistiques ou politiques, alors que plusieurs des précédents candidats français, pourtant aussi pleins de talent, se retrouvaient relégués au fond du classement pour n’avoir pas suffisamment sacrifié à cet air du temps qui impose ses rythmes, sa langue et ses dogmes.
 
Bravo donc et félicitations à Barbara PRAVI pour avoir surmonté tous ces obstacles et fait l’unanimité de la plupart des commentaires que l’on peut lire sur internet : ils sont souvent venus de pays très différents et c’est cela aussi qui nous met du baume au cœur et nous semble mériter que l’on rende sur notre site hommage à son succès.
 

Quatre résultats particulièrement surprenants :

Vote du jury professionnel :

Hollande :   11 points,   Espagne :  6 points,    Allemagne :   3 points.    Royaume-Uni :    0 point

Vote du public :

Hollande,  Espagne,  Allemagne,  Royaume-Uni :      0 point

Chanson chantée en italien

206 + 318 = 524 points

Chanson chantée en français

248 + 251 = 499 points

Chanson chantée en français

267 + 165 = 432 points

Chanson chantée en anglais

198 + 180 = 378 points

Chanson chantée en ukrainien

62 + 302 = 364 points

Chanson chantée en Anglais

0 + 0 = 0 point

Royaume-Uni – United Kingdom :  0 + 0 = 0

Est-ce la sanction du Brexit ? Comment expliquer que pas un seul vote n’ait été attribué au chanteur anglais, qui est loin d’avoir été le plus mauvais de tous les chanteurs ? Comme vous pouvez vérifier !

[Le 23 mai 2021, 19 H00, P. C., Bagnols-les-Bains] : Aucun des trois premiers ne chante en anglais, est-ce la sanction du Brexit ?

Les Ukrainiens cinquièmes non plus !