N° 257 USA : les experts une fois de plus à la peine!

Le 4 novembre on ne sait toujours pas qui a gagné l’élection, en revanche on sait déjà qui a perdu la face.

Mais comment font-ils pour se tromper tout le temps?

C’est la question qu’on est obligé de se poser aujourd’hui.

Depuis quinze ans, depuis le vote sur la constitution européenne en 2005, les spécialistes qui monopolisent sur les plateaux de télévision l’expertise politique et géopolitique n’ont cessé d’annoncer aux téléspectateurs de fausses nouvelles.

Cela commence à faire beaucoup.

Après le  fiasco de leurs savantes prévisions sur le Brexit, après  le printemps arabe, après la Lybie, après la Syrie, après la Turquiie, où vont-ils encore nous induire en erreur?

Les  “spécialistes” qui prennent leurs désirs pour des prédictions autoréalisatrices, qui restent aveuglés par leurs a priori  idéologiques, ne peuvent livrer de bonnes expertises. La preuve!  

En plus de 30 ans, l’Institut (ICEO) a rédigé des dizaines de rapports de missions dans sa sphère d’expertise , et publié des dizaines d’analyses géopolitiques. Dans aucun des rapports, ni dans aucun des articles les rédacteurs n’ont eu à rougir de ce qu’ils avaient écrit.

C’est leur honneur et c’est notre fierté.

[Le 6 novembre 2020, 07 H00, P. C., Narbonne] : Imaginons la situation inverse. Dans les États en balance Joe BIDEN a dans les urnes le mercredi matin une très confortable avance sur TRUMP. Dès que le dépouillement des votes par correspondance commence, son avance fond comme neige au soleil. Les  journalistes pro BIDEN ne manqueraient pas de s’interroger, et de supputer une fraude. Personne ne dirait que BIDEN est un mauvais perdant.

[Le 5 novembre 2020, 19 H45, J. R., Rodez] : Les journalistes européens soutiennent très majoritairement les démocrates lors des élections présidentielles aux États-Unis. Cela fait des années que cela dure. Le vote en faveur de Donald TRUMP de près d’un américain sur deux fut donc une énorme surprise pour la presse européenne. Depuis que Joe BIDEN refait son retard dans les États traditionnellement en balance, grâce au dépouillement des votes par correspondance, les journalistes redoublent  d’agressivité à l’égard du candidat républicain. Il le traite de mauvais perdant, parce qu’il conteste la validité des votes anticipés.

Le 2 septembre 2020, Le Figaro a publié un article du New York Post, qui mérite d’être relu aujourd’hui.

Aux États-Unis, les confessions d’un «fraudeur électoral» démocrate alimentent les soupçons

Le vote par correspondance a été supprimé en France car il était accusé de favoriser la fraude. On comprend pourquoi.

Restent quelques questions : 1° Pourquoi les démocrates votent-ils plus par correspondance ? 2° Comment se fait-il que le vote par correspondance soit si différent du vote dans les urnes ?

[Le 5 novembre 2020, 00 H25, A. B., Les Sables d’Olonnes] : Les experts ne se trompent pas. Ils mentent délibérément pour influencer l’électeur et  dans ce cas ça a marché.  Si BIDEN est élu, c’est grâce aux votes par correspondance, influencés par les sondages. BIDEN est une nullité. TRUMP devrait se représenter dans 4 ans…

[Le 4 novembre 2020, 19 H00, P. C., Notre-Dame de la Rouvière] : Ah ces Américains, comme ils sont cachotiers !