N° 008 Tempête sur la dernière station météo de France ?

“La présence permanente de techniciens,  24 heures sur 24 et 365 jours par an, fait de cette observatoire un lieu unique pour l’étude du changement climatique, c’est un petit trésor.”

Le 27 décembre 2016, Le Parisien titrait : ” Cévennes : la station météo du mont Aigoual sauvée !”. Selon l’article, l’observatoire du mont Aigoual, dernier site météorologique de montagne en activité de France, allait bénéficier d’une enveloppe de 3,5millions € pour sa rénovation.

Perché à 1 567 m d’altitude, sur le mont Aigoual (Gard), l’observatoire de Météo France était voué à disparaître. Mais, heureuse surprise, le dernier site météorologique de montagne en activité de France, inauguré en 1894, allait faire l’objet de travaux d’envergure pendant deux années à partir de 2017.

Le projet de réhabilitation  allait bénéficier d’un financement réparti entre l’État, le département du Gard, la région Occitanie et la communauté de communes de l’Aigoual. Ce programme de modernisation allait s’accompagner d’une convention signée avec Météo France pour le maintien de l’activité scientifique et l’animation touristique des lieux. En 2016, avec deux jours de retard, les habitants de la commune de Valleraugue, sur laquelle se trouve l’observatoire, ont reçu cette annonce comme un beau cadeau de Noël, avec un grand soulagement.

À l’annonce de la bonne nouvelle, Rémy MARGUET, technicien météorologiste au mont Aigoual, ne cachait ni sa joie ni sa fierté :   “Aujourd’hui, tous les relevés sont automatisés — température, humidité, pression atmosphérique, précipitations, direction et vitesse du vent — puis centralisés dans la station météorologique de Toulouse (Haute-Garonne). Le centre de l’Aigoual collecte des mesures météorologiques depuis 1895 ; au niveau climatologique. La présence permanente de techniciens,  24 heures sur 24 et 365 jours par an, fait de cette observatoire un lieu unique pour l’étude du changement climatique, c’est un petit trésor.

Patatras, en 2018, les belles promesses sont remises en question.

Les Américains ont cru qu’avec leurs outils informatiques et leurs systèmes d’écoute sur-performants ils pourraient se passer d’agents de renseignements sur le terrain. Il ne leur a pas fallu longtemps pour constater que rien ne pouvait totalement remplacer la présence physique d’hommes de l’art immergés au beau milieu de l’espace à documenter.

Les responsables de Météo France semblent malheureusement n’être toujours pas convaincus du rôle essentiel qu’ont leurs techniciens vivant encore sur le site de leurs observations.

C’est le 15 décembre 1989, dans le bureau du professeur Jean CASTEL, à la Faculté de Pharmacie de Montpellier, 15 avenue Charles FLAHAULT, que fut créé l’Institut de Coopération avec l’Europe Orientale (ICEO). Charles FLAHAULT, professeur de botanique à la Faculté de Pharmacie de Montpellier, est l’homme qui permit à Georges FABRE de reboiser totalement le massif de l’Aigoual. L’observatoire fut créé par Georges FABRE et Charles FLAHAULT, son avenir ne peut donc nous laisser indifférents.

Lire sur Wikipedia l’article : Aigoual, voir le chapitre Histoire, Reboisement du Mont Aigoual.

Le 6 novembre 2018, 18H 00, G. P., Valleraugue] : Merci pour votre article. Supprimer la présence permanente de techniciens dans l’observatoire est d’abord une erreur scientifique.