A° 002 Hommage rendu à notre ancien président (2003 à 2006), à Palavas-Les-Flots, lors de l’assemblée générale d’ICEO.

Lorsque l’on a une très forte affection pour quelqu’un, en apprenant sa mort on est saisi d’une grande émotion, suivie souvent d’un flash éblouissant. Se déroule alors en accéléré le film des moments de bonheur partagés.

Les photos que j’ai choisies et commentées ci-dessous devraient permettre à tous ceux qui ont peu connu, ou mal connu Jean-Paul FERNANDEZ de mieux comprendre la grande tristesse qui affecte aujourd’hui sa famille et ses amis.

En regardant ce parcours de vie illustré, on ne peut que déplorer le déséquilibre qui le caractérise. On doit regretter le peu de photos prises avant l’an 2000. Grâce à l’arrivée du numérique et au changement des comportements qu’elle a induit, le nombre de photos disponibles a depuis augmenté énormément. On est passé soudain du trop peu au trop plein.

Le box N° 305, au 3e étage du bâtiment D de La Faculté de Pharmacie de Montpellier a représenté pour Jean-Paul, Alain TEROL et moi, Pierre, un lieu d’exception. Dans cet espace singulier, grâce à l’ambiance exceptionnelle que nous avons su y créer, nous avons vécu quelques-unes des plus heureuses et des plus enrichissantes heures de notre vie. C’est là que nos plus de quarante cinq années de carrières communes ont commencé.

Souvent par excès de pudeur on n’ose pas déclarer ses sentiments. La disparition des êtres chers permet de lever cette pudeur. La mort de Jean-Paul me pousse à dire aujourd’hui toute l’amitié et l’estime, partagées avec Alain, que j’ai toujours eu pour lui.

Il est difficile de reconnaître sur les photos, Jean-Paul, Alain et Pierre tels qu’ils étaient lorsqu’ils se sont rencontrés tous les trois pour la première fois, le lundi 5 janvier 1970, dans le couloir du laboratoire de Chimie Organique, dirigé par le Professeur Robert GRANGER.

Aujourd’hui, à l’heure des appareils numériques, il est assez simple de dater les photos. Les dates sont même souvent incrustées dans les photos.

Pour les photos prises il y a très longtemps, les risques d’erreur ou d’approximation sont grands. Mais les photos qui correspondent à des évènements précis peuvent être, elles, datées avec certitude.