N° 009 Confondre Bruxelles et Strasbourg, regrettable pour un journaliste “spécialiste”.

Le Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni (UKIP), parti populiste anglais qui avait, et a peut être encore, beaucoup de similitudes avec le Front national, a compté  dans ses rangs au parlement de Strasbourg quelques orateurs “décapants”.

En 2013, le 21 novembre, l’intervention de Godfrey BLOOM contre les impôts fit sensation, c’est pourquoi elle fut partagée massivement sur les réseaux sociaux.

On put lire alors dans l’ Obs : “Godfrey BLOOM est une sorte de caricature du populisme en Grande-Bretagne. Il est connu pour ses discours énervés et peu subtils. En juillet 2004, il avait tenu des propos sur les femmes assez effrayants (expliquant qu’il était urgent qu’elles se remettent à faire le dîner et nettoyer derrière le frigo). Il a récemment tapé un journaliste avec une brochure.”  Mais bizarrement, rien sur le fond de son intervention.

En effet en 2013, deux ans et demi avant le Brexit, à l’Obs on ne prenait pas du tout au sérieux les élus de l’UKIP. Personne d’ailleurs ne le faisait à cette époque. C’est dommage, car si les ‘experts” s’étaient donnés la peine d’écouter avec attention la rhétorique des élus de l’UKIP ils auraient  probablement pu mesurer la force potentielle du discours des europhobes au-près des électeurs britanniques.

Le rédacteur de l’Obs a terminé son article par : “Voici le petit monologue prononcé le 21 novembre dernier, à Bruxelles“.  Vous lisez bien Bruxelles. Le journaliste en charge des affaires européennes pour son journal, censé être un spécialiste, situe l’intervention de Godfrey BLOOM en Belgique, alors qu’il devrait savoir que le parlement européen siège en Alsace, à Strasbourg.

Si son article a été écrit après qu’il a entendu le discours en direct, il est surprenant qu’il ait oublié qu’il était à ce moment-là à Strasbourg. Si il a simplement réagit à ce qu’il a vu sur les réseaux sociaux, il est regrettable qu’il n’ait pas tenu compte des premières secondes de la vidéo durant lesquelles il est clairement précisé le lieu de l’enregistrement : Parlement européen  Strasbourg, 21 novembre 2013.

Cinq ans après ce discours ‘prémonitoire”, il est intéressant de le réécouter  pour essayer de comprendre pourquoi les “spécialistes” n’ont rien senti venir. Vous pouvez analyser posément le discours sténographié, et si vous êtes  sensibles au “parler britannique”, vous pouvez écouter l’intervention “live”.

Pour regarder la vidéo dans les meilleurs conditions, avant de lancer l’enregistrement, placez vous en mode plein écran.