N° 249 Mais il est où, mais il est où, Didier RAOULT ?

Deux journalistes de la chaîne d’information en continu  LCI, font perfidement semblant de s’inquiéter.

Le professeur Didier RAOULT a été très présent dans les médias au moment le plus fort de la pandémie. Puis pendant près d’un mois (juillet), absence !

La publication de la première vidéo qui rompit ce silence, le mardi 5 août, offrit l’occasion aux journalistes de relancer le pugilat opposant les pour et les anti hydroxychloroquine.

Le jeudi matin 6 août, dans la Matinale présentée par Christophe BEAUGRAND, le professeur RAOULT fut mis à l’honneur, ou plus exactement mis à la question.

C’est la journaliste Nivin POTROS qui eu la charge de conduire l’interrogatoire dans sa chronique intitulée : “Tous concernés”,

Le présentateur  pose la question : “Où est passé Didier RAOULT ,”

La chroniqueuse entame sa réponse de façon sarcastique  : “On était à deux doigts de publier un avis de recherche!“.

Pendant 1 minute, la journaliste fait mine alors de s’interroger sur les raisons de l’absence temporaire du professeur marseillais sur les plateaux de télévision.

Puis, sentencieuse pendant 4 minutes, elle apporte la réponse. Si le professeur RAOULT “se cache” c’est parce que les faits sont en train de lui donner tort.

Il est intéressant de regarder la vidéo intégrale de la chronique pour mesurer l’assurance avec laquelle cette jeune journaliste, qui n’a aucune compétence en matière d’épidémiologie, et encore moins en matière de traitement, ressort tous les arguments qui ont été malmenés par le scandale du Lancet.

En guise de conclusion, la chroniqueuse pose au professeur RAOULT la question qui tue, du moins le croit-elle :   “Pourquoi n’avez vous pas fait des essais randomisés ?

Peut être bonne chroniqueuse, mais assurément mauvaise journaliste.

En posant  au professeur RAOULT la question qu’elle croyait perfide et définitive, la chroniqueuse a tristement montré qu’elle n’avait pas bien fait son travail de journaliste.

En effet, comment Nivin POTROS peut-elle poser au professeur le  6 août 2020  une question à laquelle il a longuement répondu, avec toute son équipe, dès le 13 février 2020, au cours d’un séminaire intitulé : Contre la méthode. Cette question  a été tellement posée et reposée par les journalistes qu’on se demande s’ils ont bien entendu la réponse, s’ils ne l’ont pas comprise, ou plus vraisemblablement  s’ils ne veulent pas la comprendre, tant  elle remet en cause la pensée “pharmaceutiquement correcte“.

Nous invitons Nivin POTROS à lire aussi l’article que ICEO a mis en ligne à ce sujet le 26 mai 2020 : N° 221 ” Les méthodes mathématiques ne sont que les vêtements des idées

Les essais randomisés sont-ils obsolètes?

Le mercredi 22 avril 2020, s’est réuni à Bruxelles un symposium ayant pour titre : “Are randomized trials obsolete?“, preuve s’il en était besoin que le professeur RAOULT n’est pas le seul dans le monde à penser que les essais randomisés ne sont pas la panacée.

Il faut noter que se sont les groupes pharmaceutiques qui restent les plus fervents partisans des essais randomisés. Car ces essais leur sont souvent indispensables pour la commercialisation de leurs molécules. Ils servent surtout en cas de procès. Ils permettent aux laboratoires de pouvoir se déclarer responsables mais non coupables.

Le groupe pharmaceutique Servier  ne manque pas de faire valoir que le Mediator, pour lequel il comparait devant les tribunaux, a reçu toutes les autorisations de mise sur le marché sur présentation de dossiers faisant état de multiples essais cliniques randomisés. Le dernier avis de la commission de la transparence de la Haute autorité de santé a été rendu le 10 mai 2006, soit moins de trois ans avant l’interdiction définitive du médicament en 2009.

Le document donnant cet avis est téléchargeable sur internet : MEDIATOR Commission de la transparence Avis

Nous avons extrait de ce document les paragraphes concernant les essais randomisés en double aveugle : Extrait de l’avis de la Commission de la transparence de la HAS pour le MEDIATOR [10 mai 2006].

2 paragraphes concernant les essais randomisés en double aveugle

En décembre 2016, le journal L’USINENOUVELLE, a publié un article intitulé : Les essais cliniques n’ont aucune fiabilité, ce qui explique les scandales en cascade“.

Dans l’article, le professeur Philippe EVEN, qui a écrit avec le professeur Bernard DEBRÉ le “Guide des 4000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux“, déclare :

“Il existe deux cas de figure. Soit la molécule est efficace et modérément dangereuse, alors l’essai clinique se déroule sans accroc et personne n’aura rien à redire. Cela concerne une molécule sur 10. Mais 9 fois sur 10, la molécule est médiocre, peu efficace, voire dangereuse. Dans ce cas, l’essai clinique est falsifié de A à Z. Personne ne peut alors ouvrir les dossiers de l’essai qui sont sa propriété industrielle. Pour moi, les essais cliniques n’ont aucune fiabilité, et j’en ai lu plus de 500 ces dernières années ! C’est ce qui explique tous ces scandales en cascade : la Statine de Bayer, le Viox, le Mediator, Diane 35, la Dépakine dont on est en train de s’apercevoir que c’est une véritable catastrophe.

Encore un peu de patience !

Aujourd’hui encore, il suffit de taper RAOULT et hydroxychloroquine, pour trouver sur internet une multitude d’articles tendant à confirmer, soit à infirmer l’efficience de cette molécule dans le traitement  du covid-19.

Dans la vidéo publiée le 5 août, le professeur RAOULT, épidémiologiste contesté mais reconnu,  réaffirme la pertinence  (voire la supériorité) du traitement qu’il a proposé dès le mois de mars.  Il reste convaincu que le bilan final en apportera rapidement  la confirmation. Il invite les Français à la patience et à la sérénité.

En matière de pandémie, être péremptoire est risqué pour les spécialistes, et pour les non spécialistes cela devient proprement ridicule. 

[Le 9 août 2020, 8 H20, G. C., Pouzols] : Chers amis,  Je me permets de vous donner mon avis de pharmacologue, en accord avec celui de la Société Française de Pharmacologie et Thérapeutique : l‘hydroxychloroquine est inactive in vivo sur le Covid et possiblement dangereuse chez des patients ayant certaines modifications ECG (QT long).

[Le 8 août 2020, 23 H00, P. Z., Lausanne] : Le plaquénil les rend tous fou. Voir sur le site web de –FranceSoir Hydroxychloroquine : l’histoire que ça ne fonctionne pas est le plus grand canular de l’histoire humaine récente

[ICEO attire l’attention des lecteurs :  En octobre 2019 FranceInter  lançait un avertissement à ses auditeurs : France Soir est-il encore un média ?

Le professeur RAOULT bénéficie d’une cote de popularité peu commune. Cela n’a pas échappé aux revues et aux sites web en quête de lecteurs. On trouve ainsi des revues qui espèrent attirer des “pigeons” en mettant le professeur en première page, ou en faisant son éloge à partir d’informations fausses ou orientées.

[Le 7 août 2020, 12 H00, P. C., Notre-Dame de la Rouvière] : Ouvrons vite les parapluies !