N° 188 Traitement à la hydroxychloroquine : témoignage d’un médecin d’Auvergne.

Une proposition qui devrait être regardée avec la plus grande attention. Pour que vive la prophylaxie !

 

Le médecin Patrick LEBORGNE n’est pas le seul à parler de mesures d’urgence. Il y a quelques jours, la Caisse autonome de retraite des médecins de France proposait de lancer un essai clinique sur l’efficacité de l’hydroxychloroquine en testant le médicament sur des praticiens atteints de Covid-19, volontaires pour s’auto-médiquer, et s’auto-observer. À l‘époque, le Dr Thierry LARDENOIS président de la CARMF espérait que cela « permettrait sous 10 jours la fourniture de résultats qui pourraient sauver des vies de soignants et seraient ensuite extrapolables à l’ensemble des Français ».

 

Une proposition qui nous parait particulièrement intéressante et raisonnable.

Selon l’express du 8 avril, le docteur LARDENOIS semble avoir été entendu.

oo0oo

Selon L’Express (8 avril), l’Institut Pasteur et le centre hospitalo-universitaire de Saint-Etienne (Loire), avec d’autres hôpitaux, viennent d’obtenir l’autorisation de lancer un essai en France pour tester une stratégie dite de “chimioprophylaxie” en prévention du Covid-19. Deux médicaments ont été retenus, dont l’hydroxychloroquine. “L’essai concerne des soignants exposés au Covid-19, à l’hôpital, en Ehpad, etc”.

oo0oo

[Le 10 avril 2020, 10 H10, A C., Castelnau-le-Lez] : Bonjour à tous, Je ne veux pas alimenter un forum mais je me dois de préciser quelques points suite à la réaction de JMR. Voir suite du courriel de AC Castelnau-le-Lez 04.10 10 H10

[ICEO] :

Pour lever tout malentendu. L’article ne vise pas à faire la promotion du l’utilisation d’un principe actif, mais à attirer l’attention sur la proposition du docteur LARDENAIS. Proposition qui, selon L’Express, vient d’être retenue par l’Institut Pasteur.

[Le 9 avril 2020, 10 H30, A C., Castelnau-le-Lez] : Chers amis d’ICEO bonjour, J’espère d’abord que ma réaction vous trouvera toutes et tous en bonne santé. Quelques commentaires, surtout à un moment où ICEO, tout en conservant son sigle, se mue en ‘Institut du Confinement et de l’Epidémiologie Orientale’! Voir suite du courriel de AC Castelnau-le-Lez 04.09 10 H30

[ICEO] :

Vos observations sont tout à fait pertinentes. Ayant été pour beaucoup d’entre nous chercheurs en Chimie thérapeutique, en relayant le témoignage du docteur LEBORGNE, nous n’avons pas eu la bêtise d’écrire : ” l‘hydroxychloroquine çà marche”. En revanche nous avons insisté sur l’intérêt que présente la proposition originale du docteur LARDENOIS, DANS l’URGENCE PROPHYLACTIQUE et THÉRAPEUTIQUE. Cette proposition permet d’espérer des résultats rapides et fiables, puisque recueillis à partir de médecins. Sans utiliser hypocritement l’assistance involontaires de cobayes, africains, ou rroms comme certains virologues n’ont pas eu honte de proposer.

[Le 8 avril 2020, 20 H15, P. C., Notre-Dame-de-la-Rouvière] :  ICEO écrit dans son article N° 194 : Les médecins maliens espèrent que la saison chaude actuelle (plus de 40 °C) limitera la dissémination du virus. Ils espèrent aussi que les Européens n’auront pas la mauvaise idée de faire de tests cliniques en double aveugles en Afrique,comme certains virologues français ont eu le cynisme de le proposer. Les pharmaciens maliens n’ont pas peur de la chloroquine, antipaludique qu’ils connaissent depuis des dizaines d’années, ils veulent bien l’utiliser, mais ils ne veulent pas que les Africains servent de cobayes.

Si les informations de L’Express sont confirmés, les Maliens n’ont plus rien à craindre.

[Le 8 avril 2020, 16 H35, J. M., Collioure] : Let them go !