N° 032 “Ils sont les spécialistes de l’invérifiable”

Lucide et sarcastique définition des experts prêtée à Sylvain TESSON

“Dans tous les secteurs de l’activité humaine, politique, économique, sportif, culturel, militaire ou judiciaire, on fait appel à des experts, à des personnalités qui sont présentées comme détentrices d’un savoir exclusif, irréfutable et quasiment scientifique. Dans n’importe quel débat, à la radio ou à la télévision, sont sortis d’une boîte des spécialistes dont l’avis et les analyses seraient indiscutables et donc indiscutées sauf par des esprits rétifs que les décrets d’autorité n’impressionnent pas.” (Blog du juge honoraire Philippe BILGER)

Philippe BILGER titre l’article qu’il a mis en ligne sur son blog le 30 mai 2018 : Trop d’experts pour trop peu de certitudes ! Cela est certes très regrettable, mais ce qui est plus regrettable encore c’est lorsque, pris en défaut, les experts refusent de reconnaître leurs erreurs  et s’efforcent vite vite de les faire oublier.

On résume communément les travaux que Karl POPPER à effectués pour définir les critères de la scientificité d’une simple phrase : ce qui n’est pas réfutable n’est pas scientifique.  Ce qui signifie qu’un chercheur qui n’imagine pas que ses résultats et ses théories puissent être discutés et contestés n’est pas un homme de science. De même un spécialiste qui n’admet pas que son expertise puisse être réfutée, ne peut prétendre que ses travaux sont scientifiques.

On affole le bon peuple aujourd’hui avec les fausses nouvelles (fake news), comme si c’était un phénomène nouveau. Alors que les plus grands drames que nous vivons ne proviennent pas de fausses nouvelles, mais d’erreurs d’analyses partagées par des groupes d’experts aveuglés par les mêmes présupposés idéologiques. Les experts devraient dire comme François BAYROU : “Si on pense tous la même chose, c’est qu’on ne pense plus rien“.

À méditer, trois exemples où les experts ont été pris en défaut sans que cela soit sérieusement relevé.

[Le 28 février 2019, 11 H25, G P, Valleraugue] : Le matin même du scrutin Daniel COHN-BENDIT affirmait que le Yes pour le Brexit  ne pouvait pas être majoritaire. Il est toujours invité en tant que grand expert.